Mécénat de compétence : un mécénat pour temps de crise ?

02/03/2016 - 10:32

A temps de crise économique, changement de modèle pour le mécénat. Puisque la monnaie sonnante et trébuchante manque pour financer les projets, pourquoi ne pas prêter sa main-d’œuvre pour participer à l’intérêt général ? Si aujourd’hui, le mécénat de compétence n’est mis en place que dans 15 % des entreprises-mécènes et qu’il ne représente que 4 % du budget global du mécénat en France (données : Admical), il pourrait être amené à se développer dans cette période de morosité économique. Signe avant-coureur : la presse s’intéresse de plus en plus à ses vertus… Lire ce long article du Nouvel Economiste qui revient sur ce partenariat gagnant-gagnant entrer le « monde associatif [qui] va apporter à l’entreprise ce sens recherché par les collaborateurs, et les associations [qui] vont s’enrichir de toutes les compétences apportées par le monde de l’entreprise ».

Répondant au besoin de sens de salariés confrontés à l’ineptie de la financiarisation de l’économie, le mécénat de compétence est aussi un outil – parmi d’autres – de gestion RH, avec « des entreprises pouvant proposer à leurs collaborateurs un détachement d’une durée d’un an, voire davantage. Ce cas de figure peut se rencontrer à l’occasion d’une réorganisation importante d’une entreprise. La direction peut avoir besoin d’un peu de temps pour réorienter au mieux la carrière d’un collaborateur », précise Le Nouvel Economiste.

Une tendance que rapporte également LeProgres.fr : « Depuis le mois de juillet dernier, Brigitte Devaux a quitté son poste chez Orange pour consacrer du temps à l’association Habitat et Humanisme. Du bénévolat ? Non ! Car Brigitte Devaux, toujours employée d’Orange, a accepté une mission de mécénat de compétences ». Chez l’ex France Télécom, pas moins de 47 salariés exercent aujourd’hui une mission de mécénat chez Habitat et Humanisme. « L’entreprise peut déduire 60 % des salaires des collaborateurs missionnés, au prorata des heures de travail dévouées », précise l’article, qui ajoute que « le mécénat peut aussi être utilisé en fin de carrière, pour éviter une baisse de l’activité ou une ‘’mise au placard’’ des seniors ». Puisqu’on vous dit qu’à la fin, tout le monde gagne…