Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Crowdfunding : gare aux boulettes !

Philanthropie .

Le crowdfunding, oui, mais pas pour tout le monde. Dans un intéressant – et un peu cruel – article, Le Monde revient sur ces stars qui ont recours à ce type de financement pour leur projet… et qui feraient mieux de s’abstenir.

Exemple avec la réalisatrice « palme-d’orisée », Agnès Varda, qui a récemment lancé un appel à don sur KissKissBankBank pour un projet de documentaire dans le Lubéron qu’elle entend réaliser avec l’artiste de street-art, JR. « Perle de candeur et de maladresse (ou, selon le regard que l’on y porte, de condescendance et de démagogie) », commente Le Monde,la petite vidéo mise en ligne par les deux compères est une vraie boulette de communication, où l’on voit deux stars pleines aux as demander au bon peuple (« les gens ») son aide : « Pour leurs futurs amis et/ou financiers, ils se sont également fendus d’une sympathique présentation écrite agrémentée de photos, se moque Le Monde. On y voit les deux stars se retrouver à New York avec Robert De Niro, ou expliquer qu’ils n’ont pas choisi le Lubéron par hasard pour leur road movie. La fille d’Agnès y loue en effet une “maison de famille” au Silencio, le club parisien conçu par David Lynch, qui y ouvrira un hôtel éphémère et arty pour l’été, et leur offrira “le gîte et le couvert” ». Bien que (visiblement !) entourés de millionnaires et malgré de larges financements du CNC, Varda et JR ont encore besoin de 50 000 euros – d’où leur recours au crowdfunding. « Cet appel au mécénat du peuple est raillé (dans Libé, sur Rue89 ou les réseaux sociaux), explique Le Monde. Voir deux stars impatientes de s’amuser comme des fous en s’intéressant aux petites gens […] et réclamer à des anonymes de payer la charge de leurs techniciens, suscite un malaise. Ce qui n’empêche pas l’argent d’entrer : en moins d’une semaine, 29 480 euros ont déjà été collectés, soit 60 % de la somme demandée. »

Bide total en revanche pour le « Francis Lalanne – Cyber Tour » qui n’a pour l’instant récolté que 2 800 euros sur les 30 000 escomptés sur KissKissBankBank. Le quotidien du soir rappelle aussi qu’une tribune a été publiée sur Mediapart à la mi-avril, signée par une quarantaine de comédiens et de directeurs de théâtre, pour dénoncer l’initiative du Théâtre de l’Odéon, qui a récemment lancé un appel au crowdfunding. Motif du « scandale » ? Une démarche qui consisterait à revenir au temps des « dames patronnesses », ont écrit les signataires, réactualisant une critique bien connue du mécénat….sans toutefois parvenir à nuire au succès de l’opération.

Morale de l’histoire – que vous ne lirez pas dans Le Monde : si le crowdfunding banalise la pratique du mécénat en France, il ne s’agit pas d’en faire pour autant une pratique « banale » ! Plus que jamais, les fundraisers devront redoubler de pédagogie pour expliquer les tenants et aboutissants d’une telle démarche…

Illustration : L'après crownfunding : où commercialiser ses produits ? © Fundy

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT