Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Le don en nature : le revers de la médaille…

Legs et donations .

A quoi ressemblerait un monde sans fundraisers ? La Croix-Rouge australienne en a donné un aperçu. Elle a publié un rapport pour expliquer combien les Australiens pouvaient donner... n'importe quoi ! 

Nourriture périssable, tapis, talons aiguilles et autres objets inutiles (et encombrants) sont ainsi régulièrement envoyés aux ONG pour aider des bénéficiaires. « Dans son rapport sur les problèmes posés par ces dons spontanés, la Croix-Rouge évoque également les lendemains du cyclone Winston, en 2016, aux Fidji. Des équipements sportifs, des scies et des tapis ont été retrouvés dans des colis, contenant aussi pour certains de la nourriture », explique Le Monde, qui a eu accès au texte, et rapporte les propos de l’un des porte-paroles de la Croix-rouge australienne : « Les gens qui font des dons envoient souvent ce qu’ils ont sous la main. Les travailleurs humanitaires doivent alors trier et faire l’inventaire de ces biens, au lieu de s’occuper des personnes les plus affectées par la catastrophe. Quand on additionne les frais d’envoi, le stockage et la distribution, les coûts sont largement supérieurs à la valeur des objets envoyés ». 

Autrement dit, mieux vaut ne pas donner du tout que « mal » donner !
 

Pourtant, tous les dons en nature ne sont pas à jeter à la poubelle. Quand il est bien fait, il peut même être très efficace. C’est ce que rappelle l’Admical dans un intéressant article sur le don en nature réalisé par les entreprises : « Actuellement, la demande des personnes démunies ne cesse de croître et le don de produits constitue une réponse adaptée à ce besoin. [Une étude montre ainsi que] le potentiel [du don en nature] est en effet évalué à 10 fois ce qui est donné aujourd’hui »

Illustration : © ADMICAL

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT