Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Le don ISF atteint son régime de croisière, et pourtant...

Cadre juridique et fiscal .

Apprentis d’Auteuil et l’institut IPSOS ont publié hier les résultats de leur 4ème Baromètre du don ISF. Les sondés ont été interviewés sur ce qu’ils pensent de l’éventuelle suppression des « dons ISF », s'il s'avérait que le prochain président de la République se nomme Emmanuel Macron ou François Fillon. 

Globalement, il apparaît que le dispositif du don ISF est plébiscité par de plus en plus de donateurs ISF. Désormais, ils sont 87 % (+ 7 points par rapport au dernier baromètre) à trouver ce mécanisme « utile », et 83 %, « facile à mettre en oeuvre ». L'utilisation de ce dispositif fiscal « atteint des records », expliquent même les Apprentis d'Auteuil et IPSOS, qui pointent qu'en outre, les donateurs ont redoublé d'effort pour les causes sociales en cette période économique troublée.

Incitatif, compris, le don ISF est plus que jamais utilisé et aimé... et bientôt supprimé ?

Sans surprise, l’incertitude fiscale conduit aujourd'hui à l’attentisme : « Si 81% des personnes interrogées ont l’intention de faire un don en 2017, près d’un donateur sur deux (47%) préfère attendre le résultat de l’élection présidentielle », indique le baromètre, qui a demandé ce qu'il se passerait si l'ISF était supprimé. Les deux tiers des donateurs envisagent le maintien de leurs dons, « 23% déclarent envisager des dons plus importants et 17 % des dons moins importants. Des résultats à interpréter cependant avec prudence : le biais déclaratif conduit à surévaluer la stabilité de ses dons », note l'enquête.

Illustration : Consvip Scarl © LinkedIn

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT