Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Du nouveau pour le crowdfunding

Philanthropie .

Depuis le 31 octobre, de nouvelles mesures entrent en vigueur pour la pratique du crowdfunding. Elles visent, selon Les Echos, à constituer « une bouffée d'oxygène pour les entreprises adeptes du crowdfunding ». Sur le volet « investissements », les plateformes « ayant le statut de conseiller en investissements participatifs (CIP), peuvent désormais permettre le financement de projets souhaitant lever jusqu’à 2,5 millions d’euros, alors qu’elles étaient limitées par un plafond à 1 million d’euros ».

Deuxième changement, pour ce qui concerne les prêts participatifs, « les contributions des prêteurs étaient limitées à 1000 euros par projet pour un prêt avec intérêt et 4000 euros par projet pour un prêt non rémunéré. Ces plafonds passent désormais respectivement à 2000 euros et 5000 euros. » 

Par ailleurs, les minibons « ouvrent la possibilité pour les personnes morales de prêter à des entreprises dans le cadre du financement participatif. Les plateformes qui souhaitent intermédier des minibons doivent obtenir le statut de CIP auprès de l’Autorité des marchés financiers » (pour tout savoir, cliquez ici).

Moins technique, cette comparaison intéressante entre les enjeux du crowdfunding, en France et en Grande-Bretagne, dans les Echos « Il semble que le modèle anglo-saxon a joué un rôle favorable en termes de volumes échangés (4 milliards d'euros aux UK vs 300 millions d'euros en France). Il est à noter que le Royaume-Uni a également instauré un environnement fiscal spécifique au crowdfunding visant à favoriser le financement direct des entreprises. La culture anglaise du risque et de l'investissement dans des produits financiers innovants jouent également un rôle important, les investisseurs professionnels anglais ne s'y sont d'ailleurs pas trompés puisqu'ils profitent de taux de rendement attractifs (7 % en moyenne) et participent à plus de 50 % des volumes financés ».

Illustration : © Maniac Geek

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT