Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Le legs fait sa promo

Legs et donations .

Le 13 septembre a eu lieu la quatrième Journée internationale des legs en faveur des associations. L'occasion, pour de nombreuses structures, de relancer leur communication autour d'une thématique aussi délicate à aborder que primordiale pour les comptes.

À titre d'exemple, c'est avec la punchline « Quand je serai grand, je voudrai apprendre à lire » que l'écrivain et académicien Erik Orsenna incarne cette année la campagne pour les legs de la branche française de l'Unicef, le fonds des Nations Unies pour l'enfance. « Quelle que soit la valeur de son patrimoine, et même en présence d’héritiers, chacun peut choisir de devenir bienfaiteur, rappelle l'Unicef. C’est une démarche proactive, simple, sécurisée et universelle. Elle nécessite simplement la rédaction d’un testament, déposé chez son notaire, qui ne prend effet qu’à son décès, et que l’on peut annuler ou modifier à tout moment. Dans certains cas, il est possible d’avantager fiscalement ses héritiers éloignés. » Autre atout pour les donateurs et les légataires, rappelé par Économie Matin : « L’exonération totale des droits de succession et de mutation ».
 

Avec 10 millions d'euros collectés, les legs représentent l’une des principales ressources du comité français de l'Unicef. Un canal de financement capital pour l'organisation, à l'image de toutes les structures habilitées : les legs génèrent chaque année « une manne d'un milliard d'euros » de ressources dans les caisses des institutions concernées de l'Hexagone, selon Économie Matin. Pour les associations, oser aborder la mort en vaut la peine. 
 

Plus d'informations sur le site de France Générosités

 

Illustration : ©Protegezvous.ca

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT