Fundraisers.fr Fundraisers.fr

L'université de Strasbourg fait une nouvelle conquête (de taille)

Mécénat .

Qui a dit que les universités seraient les parents pauvres de la collecte de fonds ? L'université de Strasbourg vient d'officialiser sa convention de mécénat avec la SOPREMA, une entreprise familiale alsacienne, leader mondial de l'étanchéité, qui fait un don de... 2,3 millions d'euros à l'université. C'est le plus gros montant jamais reçu par l'université de Strasbourg depuis le début de sa campagne de collecte lancée en 2010 (et qui s’achève en 2014). Et une démarche pour le moins remarquable en ces temps de morosité économique.

La somme est intégralement capitalisée dans le « fonds SOPREMA», l'université touchant les intérêts annuels de ce placement. « Chaque année, SOPREMA décidera de l'affectation des intérêts de ce don à un domaine de son choix, comme par exemple des bourses d'études, des formations (ingéniérie, management, etc.) ou des programmes de recherche proches de ses centres d'intérêts (chimie, matériaux, etc.). », indique un communiqué. L'intérêt pour l'entreprise ? « En finançant la formation et la recherche à l'Université de Strasbourg, SOPREMA anticipe son avenir et assure la formation de futurs collaborateurs et chercheurs talentueux. Ces derniers pourront à leur tour nourrir l'entreprise, l'industrie et, plus généralement, le tissu socio-économique ».

Mais ce mécénat hors norme est aussi le fruit d'un long travail de partenariat : ces sept dernières années, les relations entre la SOPREMA et l'université de Strasbourg se sont resserrées autour de collaborations de recherche avec l'Institut de Chimie et Procédés pour l'énergie, l'Environnement et la Santé (ICPEES) et le recrutement, chaque année, de stagiaires de Master. En fundraising, c’est bien connu, le long terme est souvent fructueux !

Vous aussi, faites comme l'Université de Strasbourg : formez-vous lors de la 9ème conférence de fundraising pour l'enseignement supérieur et la recherche (11, 12 et 13 février à Paris) !

Illustration : ©UniversitédeStrasbourg

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT