Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Parrainer un horodateur : l’idée un peu folle de la ville d’Amiens

Mécénat .

Pas obligé d’avoir une ancêtre « pervenche » pour « mécéner » un horodateur. Il suffit d’apprécier l’art ! Pour la première fois, la ville d’Amiens propose à ses administrés de financer des horodateurs peints par des artistes. « Au total, ce sont 123 horodateurs qui servent de support à cette opération qui, de la promotion de l’art, se double d’une ouverture à la culture en finançant des places de spectacle offertes notamment aux habitants des quartiers prioritaires, grâce au mécénat », explique sur son site la ville picarde. Pour parrainer un horodateur et voir son nom écrit sur un macaron apposé à côté du nom de l’artiste, il suffit de débourser 500 euros. Pour l’instant, ce sont surtout des commerçants qui ont joué le jeu.

Pourquoi des horodateurs – qui manquent, a priori, d’un rien de sex-appeal ? « L’idée est d’utiliser ces horodateurs très laids – que les gens prennent habituellement comme une contrainte, alors qu’ils permettent d’assurer une bonne rotation du stationnement – comme une vitrine et un support d’expression pour ces artistes qui ont parfois du mal à se faire connaître du grand public. C’est une façon de leur permettre de se rendre plus visibles dans l’espace public », expliquait Benoît Mercuzot, l’adjoint au maire en charge des finances, dans Le Courrier Picard, en juin dernier.


Du bon pour les artistes, pour les commerçants, pour les Amiénois, et pour promouvoir l’achat de tickets de parcmètre… C’est ce qui s’appelle du gagnant-gagnant !

Illustration : © Le Parisien

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT