Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Quand les Enfoirés se plantent… gravement

Société .

Pour une erreur de communication, c’en est une... gratinée. Le nouvel hymne 2015 des Enfoirés, « Toute la vie » a déchainé les réactions outrées des internautes à sa sortie sur Internet, le 23 février.

Vu par plus de 2 millions de personnes sur le site officiel, il est vrai que le morceau est fort maladroit. Signé Jean-Jacques Goldman (qu’on a connu plus inspiré !), il met en scène un dialogue chanté entre une bande de jeunes anonymes en mal d’avenir, et des stars du show biz… qui leur font la leçon ! « Vous avez tout / L’amour et la lumière », chante le groupe des jeunes. Réponse des « stars » : « On s’est battus / On n’a rien volé ». Les jeunes : « Vous aviez tout : paix, liberté, plein emploi / Nous c’est chômage, violence et sida ». Les « stars » : « Tout ce qu’on a, il a fallu le gagner / A vous de jouer, mais faudrait vous bouger ».

Paternaliste, réac’, anti jeunes, anti pauvres… De Jacques Attali (lire ici) à Jean-Louis Aubert, pourtant présent dans le clip, qui a qualifié la chanson de « niaiserie […] très paternaliste », en passant par des milliers d’internautes lambda, les critiques ont fusé, toute la semaine dernière : « Sous couvert d'une chanson qui veut délivrer un message d'espoir et inciter les jeunes à prendre leur destin en main, le choc des générations passe pour ridicule et renvoie une piètre image à la jeunesse », a estimé Le Figaro, qui a recensé (ici) certains tweets assassins.

Face au malaise provoqué par l’affaire, Jean-Jacques Goldman, qui sera présent en exclusivité au « Petit journal » ce soir (pour une tentative de sauvetage in extremis ?), s’est fendu d’une brève lettre ouverte pour se justifier (à lire ici). Ce qui n'a pas convaincu les pourfendeurs de la chanson : « Des millionnaires, qui sont très prescripteurs, qui expliquent que si la jeunesse va mal, c’est parce qu’elle fume trop, ou qu’elle se bouge pas, mais c’est pas grave, car elle a toute la vie… C’est catastrophique, comme message ! Le pire est qu’ils ne se sont même pas rendu compte que c’était insultant, méprisant, consternant ! », a réagi Julien Bayou, co-fondateur de Génération Précaire, qui ajoute que « le système d’autopromotion caritative [qu’est les Enfoirés, NDLR] arrive peut-être en bout de souffle ». Réponse le 13 mars, jour où sera diffusée l'émission en prime, pour voir dans quelle mesure ce ratage de com' se fera sentir (ou pas) sur les dons.

 

Illustration : ©Challenges

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT