Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Téléthon : pourquoi ça dure ?

Philanthropie .

Le monde est à feu et à sang, partout, l’effondrement guette, et pourtant, pourtant… trente ans plus tard, le Téléthon, est toujours là.

Fidèles au poste, les donateurs ont, cette année encore relevé le défi, avec plus de 80 millions d’euros affichés au compteur (soit un peu plus que l'an dernier). Pourtant, les audiences se sont érodées, avec, cette année, « rarement plus d’un million de Français devant l’émission », a souligné le Huffington Post, qui s’étonne que la collecte se maintienne néanmoins.
Alors, pourquoi le Téléthon continue de mobiliser les foules ? Qu'est-ce qui fait que ce dispositif médiatique vieux de trois décennies perdure ?

La semaine dernière, le journaliste Sylvain Bourmeau recevait, dans son émission de France Culture, « La suite dans les idées », l’auteur d’une passionnante enquête sur le Téléthon, le sociologue spécialiste des émotions, Jean-Philippe Heurtin. Pour le chercheur, ce qui fait la force du Téléthon, c’est avant tout qu’il sert à « donner ensemble, c'est le cœur de cette chorégraphie de la générosité ». De tout temps critiqué (monopole médiatique sur la générosité, critique des choix scientifiques…), le Téléthon n’est est pas moins aimé des donateurs, qui « savent bien » mais qui « donnent quand même ». Selon Jean-Philippe Heurtin, l’essentiel du Téléthon ne serait donc pas la cause, mais « l'occasion de donner à voir de la solidarité, une communauté en train de se constituer ».

D’où la centralité du compteur, qui enregistre les promesses de dons. Le sociologue y voit un « totem » au sens anthropologique de la représentation qu’une société se fait d’elle-même : « [Ce compteur], c'est, au fond, l'instance qui va représenter le devenir total de la mobilisation, de cette société qui s'assemble autour de la cause des malades ».

Ce qui intéresserait les télespectateurs serait en réalité moins « la somme que le mouvement » « C'est la mobilisation elle-même qui produit la mobilisation. La mobilisation elle-même devient la cause de la mobilisation », souligne le chercheur, qui estime que par le Téléthon, on en revient au « don cérémoniel » décrit par Marcel Mauss dans les sociétés primitives. Comme la coupe du monde de 1998, ou la manifestation monstre après les attentats de Charlie Hebdo et de l'HyperCasher en 2015, cet événement éminemment collectif qu’est le Téléthon donnerait à voir « le fond de notre société ». Quelle belle idée.

Illustration : © France Info

> A lire : Chorégraphier la solidarité. Le Téléthon, le don, la critique, Paris, Economica, 2016 (avec Dominique Cardon)

> A écouter https://www.franceculture.fr/emissions/la-suite-dans-les-idees/le-telethon-ou-le-fond-de-nos-societes

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT