Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Zoom sur la finance solidaire

Philanthropie .

Voilà un secteur dont on parle peu, mais qui pourrait rapporter gros : la finance solidaire. Mais ses belles promesses se heurtent parfois à une conjoncture en dent de scie.

Comme la finance, la finance solidaire doit elle aussi faire avec les hauts et les bas du marché : « Depuis quelques années, la mécanique de ces produits s’est un peu enrayée », rapporte ainsi cet intéressant article du Monde, qui consacre, dans son supplément « Argent », un article à cette pratique. Chez Ecofi par exemple, filiale du Crédit Coopératif et première banque à avoir lancé des produits d'épargne solidaire au début des années 1980, « le montant des dons est ainsi passé de 860 000 euros en 2009 à 233 000 euros en 2015. Même si l’année 2016 a marqué un léger rebond, à 310 000 euros, la tendance reste morose ». La faute à la chute des taux d'intérêts...

Heureusement, au gré des innovations en tout genre et des adaptations législatives, la finance solidaire reste très prometteuse. C'est que « l’épargne altruiste a changé d’échelle, ajoute Le MondeElle n’est plus seulement promue par quelques épargnants militants, mais par les principaux réseaux bancaires : le Crédit Agricole propose un fonds partageant ses revenus avec l’association Habitat et Humanisme, qui héberge des familles en difficulté, et la Société générale a lancé en 2010 un service d’épargne solidaire ».

Leader sur ce « marché », le Crédit Coopératif génère en tout 3 millions d'euros pour les associations, et « le potentiel est considérable », assure Le Monde. Le « livret solidaire » (type livret Agir) se diffuse dans d'autres banques, mais aussi les cartes bancaires caritatives, ou les contrats d'assurance-vie où un pourcentage de versement se transforme en don. « Autre initiative intéressante : la monnaie solidaire Tookets. Ces points de fidélité d’un nouveau genre, lancés à l’initiative du Crédit agricole Pyrénées-Gascogne, sont attribués aux clients sociétaires, qui peuvent ensuite les donner à des associations locales de leur choix »

Illustration : © Up Conferences

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT