Glossaire

A - B - C - D - E - F - G - H - I - J - K - L - M - N - O - P - Q - R - S - T - U - V - W - X - Y - Z

Les expressions clés du fundraising en anglais

 

Sources principales
Daubas (P.) et Bigot de la Touanne (S.), Collecte de fonds et philanthropie, droit et fiscalité, Juris Edition, 2009
Levallois-Midière (N.) et Maradeix (M. S.), Fundraising, stratégies pour la recherche et l'enseignement supérieur dans les secteurs public et privé, Eyrolles, 2010
WDM France, Le petit dictionnaire du marketing direct, 1ère édition, 2010
Institute of Fundraising, The good fundraising guide, 2006

 

Advancement

Terme anglo-saxon désignant l'ensemble des fonctions qui soutiennent ou concourent au développement d'un établissement : communication, marketing, relation avec les anciens élèves et le fundraising.

 

Affectation

Volonté d'un donateur de cibler son don en l'affectant à un axe ou à un projet spécifique que l'organisme qu'il soutient souhaite voir financer.

 

Alumni / Anciens

"Alumni" est le pluriel de "alumnus" qui signifie "élève" en latin. Les associations d'anciens élèves tendent à utiliser ce nom pour leur annuaire ou leur site internet. De même, les fundraisers de l’enseignement supérieur utilisent régulièrement ce terme.

 

Annual giving

Expression anglaise désignant un don fait annuellement ou le programme d'un organisme (établissement, association, fondation...) pour générer des dons sur une base annuelle. Fréquemment traduit par « fonds annuel ».

 

Appel à la générosité du public

Sollicitation du grand public, par ou hors média, en l'absence de lien préétabli entre l'organisme et les destinataires de l'appel, dans le but de collecter des fonds destinés à financer notamment des œuvres ou des missions d'intérêt général.

 

Argumentaire

Voir Case for support

 

Association d'intérêt général

Une association est d'intérêt général si elle remplit les conditions suivantes :

  • son objet social répond à une utilité sociale ;
  • elle ne fonctionne pas au profit d'un cercle restreint de personnes ;
  • elle n'exerce pas d'activité lucrative de manière principale ;
  • elle est gérée de manière désintéressée (art. 261,7-1°-d du CGI). Une association a une gestion désintéressée si :
    • elle est administrée à titre bénévole par des personnes qui n'ont directement, ou par personnes interposées, aucun intérêt dans les résultats de l'exploitation (sauf la perception par les dirigeants d'une rémunération brute mensuelle limitée au 3/4 du SMIC) ;
    • elle ne procède à aucune distribution de bénéfice, ni directement ni indirectement, et sous quelque forme que ce soit ;
    • ses membres et leurs ayants droits n'ont aucun droit à l'attribution d'une part quelconque de son actif, sauf en ce qui concerne les droits de reprise des apports.
  • son activité ne doit pas concurrencer le secteur commercial dans des conditions de gestion similaires (même secteur géographique, même public)
  • l'association n'entretient pas de « relation privilégiée » avec une entreprise qui en retire un avantage concurrentiel.

NB : L'association peut elle-même décider en toute bonne foi qu'elle correspond aux critères de l'intérêt général. Elle peut par ailleurs solliciter un « rescrit fiscal », c'est-à-dire qu'elle demande à l'administration fiscale si elle est ou non d'intérêt général.

 

Association loi 1901

Association fondée sur les bases de la loi du 1er juillet 1901. Ce système juridique est assez souple et permet à l'association de disposer d'une existence juridique. C'est le cadre le plus utilisé pour les associations.

 

Association reconnue d'utilité publique (RUP)

Association loi 1901 qui bénéficie d'une reconnaissance accordée sous la forme d'un décret du Ministère de l'Intérieur après avis du Conseil d'Etat. L'association doit notamment avoir l'adhésion d'au moins 200 membres et avoir fonctionné pendant trois ans. Elle doit suivre des statuts types imposés par le Conseil d'Etat.
Les associations reconnues d'utilité publique peuvent recevoir, outre des dons manuels, des donations et des legs.
Au-delà de ses effets proprement juridiques, la reconnaissance d'utilité publique est perçue par le monde associatif comme un label conférant à l'association qui en bénéficie une légitimité particulière dans son domaine d'action.

 

Attrition (taux d')

Nombre de donateurs perdus par un organisme après le premier paiement. Cette perte peut être volontaire (résiliation), ou involontaire (défaut de paiement), ou naturelle (personne décédée ou ayant déménagé...).

 

Base de données (BDD)

Regroupement organisé de toutes les données recueillies, calculées ou extrapolées sur un client ou un prospect. Toutes les informations collectées sont régies par la loi du 6 janvier 1978 sur l'informatique et les libertés.

 

Bénévolat

Activité volontaire et gratuite au service d'autrui, auprès d'une association par exemple. (cf. charte du bénévole)

 

Bénévolat de compétences

Forme particulière de bénévolat. Les collaborateurs d'une entreprise apportent sur leur temps libre, des compétences professionnelles ou personnelles à une structure d'intérêt général. A l'inverse, le mécénat de compétences se déroule sur le temps de travail du collaborateur.

 

Campagne majeure

Une campagne majeure est une campagne de fundraising pour récolter une somme prédéfinie dans une période donnée pour des projets définis auprès de grands donateurs.
Une campagne connaît plusieurs phases : une phase silencieuse, l’annonce publique, la phase publique et la clôture.

 

Campagne de développement

Campagne de collecte de fonds sur une durée précise, avec un objectif financier déterminé pour financer un ou des projets en général très ambitieux. À la différence de la campagne majeure, la campagne de développement intègre une dimension grands dons et dons plus modestes.

 

Case for support (ou argumentaire)

Le Case for support est un élément fondamental : il regroupe toutes les raisons (Vision, missions et valeurs de l’organisation ainsi que les projets à financer) pour inciter un donateur potentiel à donner. Les messages de la communication et du marketing s'inspireront de ce document.

 

Charte du bénévole

Document, sans valeur juridique, définissant les droits et obligations de l'association et du bénévole. Une convention « morale » entre le bénévole et l'association, définissant les engagements réciproques spécifiques, peut par ailleurs être signée.

 

Cible

Fraction de la population, personnes physiques ou morales qui par leur profil, leur centre d'intérêt ou leur comportement sont les plus susceptibles d'être touchées par l'action d'une organisation.

 

CRM

Customer Relationship Management (Gestion de la Relation client / GCR). Ensemble des techniques et des outils de management de la relation avec la clientèle, basée sur les principes du marketing relationnel (par ex. la fidélisation).

 

Défiscalisation du mécénat

Les actions de mécénat dont il est fait mention à l'article 238bis du CGI (Code Général des Impôts) permettent de bénéficier des réductions d'impôts suivantes : 60% du montant du don d'une entreprise est déductible de son imposition, dans la limite de 0,5% de son chiffre d'affaires hors taxes (cf. loi relative au mécénat). Lorsque les dons excédent le plafond de 0,5%, l'excédent est reportable sur les 5 exercices suivants. En matière de mécénat culturel, des dispositions spécifiques permettent une défiscalisation supérieure à 60% . Pour en savoir plus : www.mecenat.culture.gouv.fr).

 

Développement

Terme né dans les années 1940 aux Etats-Unis pour désigner le processus global de fundraising. Il inclut souvent d'autres aspects, comme les relations publiques, ou les relations avec les anciens élèves, lorsqu'il s'agit d'un établissement. Il s'est progressivement imposé dans les organismes français pour désigner le développement des ressources privées. 

 

Don

Don financier :

  • Le soutien financier : c'est la base de tout partenariat, absolument nécessaire au fonctionnement et au développement de la plupart des associations.
  • Les collectes (avec/sans abondement) : l'entreprise peut organiser des collectes au profit d'une association partenaire. Elle peut y associer ses collaborateurs, ses clients, voire ses fournisseurs. Les sommes récoltées lors de collectes de dons sont bien souvent abondées par l'entreprise (par exemple, pour un don de 10€ d'un collaborateur, l'entreprise verse à son tour 10€).
  • Le produit partage : une entreprise s'engage à verser à une association tout ou partie de sa marge sur la vente d'un produit ou d'un service.

Don en nature :

  • Le don de matériel
    L'entreprise peut faire don à une association de produits ou services spécifiques fournis habituellement à ses clients. L'entreprise peut également donner des ordinateurs, du mobilier de bureau, des véhicules …
  • L'aide logistique
    L'entreprise met par exemple ses salles de réunion ou son matériel de e-learning à disposition d'une association.

Don de temps
Dans le cadre de sa démarche de mécénat de compétences, l'entreprise peut proposer à ses salariés de s'associer à des actions de solidarité et de faire don de leur temps.

Donateur

Personne qui fait un don.

 

Dotation

Affectation et transfert irrévocable de biens, droits ou ressources à une fondation, dont les dividendes permettent de financer une partie de son fonctionnement ou de ses projets de développement. 

 

Economie sociale et solidaire

Un projet peut être considéré comme appartenant à l'économie sociale et solidaire dès lors qu'il s'agit d'un projet économique mené au service d'un intérêt collectif et/ou d'une finalité sociale et/ou environnementale.

 

Engagement pluriannuel

Possibilité pour un donateur d'étaler son don sur plusieurs années, en général sur la durée de la campagne (voir campagne de développement).

 

Fondation

Acte par lequel une ou plusieurs personnes, physiques ou morales, affectent irrévocablement des biens, des droits ou des ressources à une œuvre d'intérêt général et à but non lucratif.

Il existe en France 7 formes de Fondations.

Fondation reconnue d'utilité publique (RUP)

 

  • Fondation dotée de la personnalité morale, créée dans le but de réaliser une œuvre d'intérêt général.

 

Fondation abritée

 

  • Fondation non dotée de la personnalité morale, abritée au sein d'une Fondation reconnue d'utilité publique. Aussi appelée Fondation sous égide.

 

Fondation de coopération scientifique (FSC)

 

  • Fondation réservée aux outils de coopération créés par la loi de programme pour la recherche (2006). Elle concerne donc les pôles de recherche et d'enseignement supérieur (PRES), les réseaux thématiques de recherche avancée (RTRA) et les centres thématiques de recherche et de soin (CTRS).

 

Fondation d'entreprise

 

  • Personne morale, à but non lucratif, dotée de la personnalité morale, créée par une entreprise. 

 

Fondation partenariale

 

  • Fondation dotée de la personnalité morale, créée par un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPSCP), seul ou en partenariat, et soumise au statut de la Fondation d'entreprise.

 

Fondation universitaire

 

  • Fondations non dotée de la personnalité morale, créée en leur sein par des universités (EPSCP), dans le but de réaliser des œuvres ou activités d'intérêt général et à but non lucratif, conformes aux missions du service public de l'enseignement supérieur.

Fonds annuel

Expression qui désigne une forme de fundraising permettant de cibler des dons récurrents (a priori annuels) d'un montant modeste auprès de différentes cibles. Ce fonds est alimenté à partir des méthodes de marketing direct (courrier, téléphone, internet), de communication événementielle ou en approche directe.

 

Fonds de dotation

Le fonds de dotation est une personne morale de droit privé à but non lucratif qui reçoit et gère, en les capitalisant, des biens et droits de toute nature qui lui sont apportés à titre gratuit et irrévocable et utilise les revenus de la capitalisation en vue de la réalisation d'une œuvre ou d'une mission d'intérêt général ou les redistribue pour assister une personne morale à but non lucratif dans l'accomplissement de ses œuvres et de ses missions d'intérêt général.

 

Fundraising

Le fundraising, ou collecte de fonds, est un processus de sollicitation et de collecte financière sous forme de dons particuliers, d’entreprises, de fondations ou d’organismes gouvernementaux.
L’objectif est de mobiliser des ressources privées au service d’organisations et de causes d’intérêt général.
Le fundraising s’est d’abord développé dans le secteur de la solidarité, mais très vite il s’est étendu aux domaines de la culture, de la recherche, et plus récemment à celui de l’enseignement supérieur.
Le fundraising est une discipline en plein essor qui doit s’adapter à un environnement en constante évolution. Depuis quelques années, le désengagement de l’Etat et la baisse des subventions, ainsi que la récente loi sur l’autonomie des universités ont contribué au développement de ces méthodologies.

 

Gestion désintéressée

Principe selon lequel les membres d'une association mènent leurs actions sans souhaiter en tirer de profit pécuniaire. Par exemple, ce critère permet de déterminer le régime fiscal auquel sera soumis une association.

 

Grands donateurs

Individus donnant dans les tranches les plus élevées (propre à chaque organisme et défini par lui). Ils bénéficient, de manière générale, d'un traitement spécifique, en amont et en aval du don.

 

Legs

Le "legs" est une gratification consentie par testament. Le legs, porte en général dérogation aux règles légales de la dévolution successorale. Le but du testateur est soit d'attribuer tout ou partie de sa succession à une personne ou une association qui n'y était pas normalement appelée

 

Libéralités

« Acte par lequel une personne dispose à titre gratuit de tout ou partie de ses biens ou de ses droits au profit d'une autre personne » (art. 893 du code civil, al. 1er, rédaction issue de la loi n°2006-728 du 23 juin 2006).

 

Life time value

Évaluation de la valeur potentielle d'un donateur en fonction de son comportement sur une longue période. Calculée à partir de la durée de vie moyenne d'un donateur et de l'évolution théorique de son don. 

 

Loi « Aillagon » (loi du 1er août 2003)

La loi relative au mécénat, aux associations et aux fondations, dite « loi Aillagon » modifie la loi sur le développement du mécénat de 1987. Elle augmente le plafond de la réduction fiscale qui passe de 50 % à 60 % (puis à 66 % en 2005) pour les mécènes particuliers dans la limite de 20 % du revenu net imposable, les dépassements de ce seuil étant reportables sur cinq ans (article 200 du Code général des impôts). Pour les entreprises mécènes, les avantages fiscaux doublent. La réduction fiscale passe ainsi de 33 % à 60 % (article 238 bis du CGI).

 

Loi « Tepa » (loi du 21 août 2007)

L’article 16 de la loi en faveur du travail, de l’emploi et du pouvoir d’achat, dite loi « Tepa », permet aux redevables de l’ISF d’imputer sur leur cotisation 75 % du montant des dons effectués dans la limite annuelle de 50 000 euros. Cet avantage fiscal s’applique aux dons effectués notamment aux fondations RUP, et aux établissements de recherche et d’enseignement supérieur ou d’enseignement artistique publics ou privés (article 885-0 V bis du CGI).

 

Mailing

Terme anglais signifiant publipostage. Campagne de marketing direct consistant à envoyer une sollicitation par voie postale à un ensemble d'individus ciblés. Dans le cadre associatif, l'objectif du publipostage est généralement la collecte de dons. 

 

Marketing direct

Ensemble de techniques et de médias qui ont pour objectif d'instaurer une relation durable et à distance, à l'origine entre un producteur de services, un distributeur et les décideurs d'entreprises ou les consommateurs. Ces mêmes procédés sont également très employés dans la relation organismes donateurs/prospects.

 

Marketing relationnel

Fait pour un organisme d'établir une relation avec ses donateurs en continue, en dehors des périodes de don (notamment par le web).

 

Marketing téléphonique (télémarketing)

Opération de marketing direct via le téléphone. 

 

Mécénat

Soutien financier, humain ou matériel apporté sans contrepartie directe par une entreprise ou un particulier à une action ou activité d'intérêt général (solidarité, environnement, culture, recherche...).
Le mécénat d'entreprise se distingue du parrainage ou sponsoring. En fiscalité et en comptabilité, il est considéré comme un don, tandis que le sponsoring est considéré comme une charge. Concrètement, le mécénat bénéficie d'un régime fiscal avantageux dans la mesure où il existe une disproportion marquée entre le versement et les contreparties reçues.

 

Mécénat de compétences

Mise à disposition par une entreprise, auprès d'un organisme d'intérêt général, d'un ou plusieurs de ses salariés volontaires dont le savoir-faire et l'expertise répondent à un besoin spécifique de celle-ci, sur une période donnée et sur le temps de travail. Pour que l'entreprise puisse bénéficier de la réduction d'impôts, l'organisme bénéficiaire lui délivre un reçu fiscal du montant du salaire chargé de la personne, au prorata du temps passé. Ce montant correspond au prix de revient de la prestation offerte.

Deux types de mécénat de compétences encadrés par la loi de 2003 :

  • Les prestations de service : lorsque l'entreprise propose à un bénéficiaire d'effectuer gratuitement pour lui une tâche déterminée. L'entreprise reste employeur et assure le règlement des charges sociales afférentes au salaire. Le salarié reste sous la direction et le contrôle de l'employeur.
  • Les prêts de main d'oeuvre : l'association bénéficiaire est responsable des conditions d'exécution du travail du personnel. L'entreprise reste l'employeur au regard des obligations juridiques et sociales. Le prêt doit garder un caractère non lucratif. Par exemple, fin 2004, plusieurs entreprises françaises ont mis à disposition des salariés experts en techniques d'assainissement des eaux après la catastrophe du tsunami. Le salarié a réalisé ces actions sur son temps de travail.

 

Mécène

Personne physique ou morale qui apporte un soutien matériel sans contrepartie directe de la part du bénéficiaire, à une œuvre d'intérêt général ou à une personne, pour l'exercice d'activités présentant un intérêt général. 

 

ONG (Organisation non gouvernementale)

Organisation qui ne relève pas d'un Etat et qui poursuit un but d'intérêt public ou humanitaire (défense des droits de la personne, protection de l'environnement, lutte contre la pauvreté, etc.).

 

Parrainage ou sponsoring

Les dépenses engagées dans le cadre d'opérations de parrainage sont destinées à promouvoir l'image de marque de l'entreprise. Le parrainage répond donc à une démarche commerciale explicitement calculée et raisonnée. Sa retombée doit être quantifiable et proportionnée à l'investissement initial.
Les dépenses de parrainage sont considérées comme des frais généraux et sont à ce titre déductibles du résultat comptable et fiscal de l'entreprise. Elles ne donnent pas lieu à un avantage fiscal particulier, contrairement aux dépenses de mécénat.

 

Partenariat entreprise

Collaboration entre une entreprise et un organisme d'intérêt général. Plus qu'un simple soutien financier, ce terme désigne les actions innovantes de mécénat qui se traduisent par une véritable collaboration entre une entreprise et une association.

 

Phase silencieuse

Etape pendant laquelle l'organisme prépare sa campagne puis sollicite les plus grands dons jusqu'à ce que 40 % à 50 % de l'objectif financier fixé au départ soit atteint.

 

Phase ouverte

Etape pendant laquelle les dons moyens et les plus petits sont collectés. Cette phase débute généralement après le lancement officiel de la campagne, réalisé auprès de la presse, du grand public, en présence des premiers donateurs et de toute la communauté liée à l'organisme. 

 

Produit-partage

Le produit-partage consiste pour une entreprise à reverser à une structure d'intérêt général tout ou partie de la marge réalisée sur la vente de produits ou services. En fonction des modalités, les montants reversés via une opération de produit-partage peuvent rentrer dans le cadre juridique et fiscal soit du mécénat, soit du parrainage.

 

Programme de reconnaissance

Ensemble d'actions de remerciements, de reconnaissance et de valorisation des donateurs qui contribue à leur fidélisation. 

 

Prospect

Individu ou organisation qui, suite à une recherche est identifié pour devenir un donateur.

 

Prospect research

Fait d'identifier les prospects.

 

Pyramide de donateurs

Dans presque toutes les opérations de collecte de fonds, on estime que 80% des donateurs constituent 20% des rentrées d’argent et que 20% des donateurs représentent 80% des rentrées d’argent. Ainsi est constituée la pyramide de donateurs.

 

Reçu fiscal

Délivré à chaque donateur par l'organisme d'intérêt général ayant reçu un don, il sert de justificatif au moment de la déclaration d'impôt du donateur.

 

Rescrit fiscal

Procédure mise en oeuvre par un organisme qui souhaite avoir la confirmation qu'il peut bénéficier du dispositif du mécénat (cette procédure est facultative).

 

Responsabilité sociale des entreprises (RSE)

La RSE est la contribution des entreprises au développement durable. Il s'agit de l'intégration volontaire des préoccupations sociales et écologiques des entreprises à leurs activités commerciales et à leurs relations avec toutes les parties prenantes internes et externes. La RSE comprend des volets environnementaux, économiques et sociaux/sociétaux.

 

Sensibilisation

Ensemble des actions menées auprès d'un prospect pour renforcer ses liens avec l'institution et l'amener progressivement à s'engager.

 

Stewardship ou relations donateurs

Le stewardship est l'art de remercier, reconnaître et fidéliser les donateurs.

 

Venture Philanthropy

Là où la philanthropie consiste à faire un don d'argent, la "Venture Philanthropy" implique de la part du donateur un investissement également des conseils, sur le "business plan", la stratégie, etc. C’est donc une approche complémentaire de la philanthropie classique.

 

Les expressions clés du fundraising en anglais : key words and phrases

 

Acquisition

Term given to process of obtaining new donors.

 

Appeal

Term given to a fundraising campaign.

 

Attrition rate

The number of proportion of donors who stop giving within a certain time period after they were first recruited.

 

Beneficiary

The group, individual, activity or object taht benefits from the work of the charity.

 

Capital

Term used when fundraising for a major asset (which may make an organisation money in the long term) such as building endowment.

 

Case for support

Statement setting out reasons why donors should donate to their charity. 

 

Full cost recovery

The principle of ensuring that all of the costs of an activity, including applicable overheads and staff costs, are included in contracts and funding applications.

 

Fundraising ratio

Term given to calculations of cost effectiveness of fundraising activities.

 

Fundraising plan

An outline of activities to be undertaken for a specific fundraising activitiy, including a budget.

 

Fundraising strategy

Outline of organisation's fundraising activities overall, based on organisation's business plan. Brings together individual fundraising plan.

 

Lifetims values

The donation value multiplied by the expected leght of time that a donor will give. 

 

Objectives

Help to assess how a charity is moving towards meeting its charitable aims or the aims of a particular project. Objectives are usually expected to be SMAR - Specific, Measurable, Archievable, Realistic and Timed. Prictical steps or activities that are needed to accomplish an organisation's aim. 

 

Outcomes

The wider benefits or changes for intended beneficiaries. Outcomes tend to be less tangible and therefore less countable thant outputs. Outcomes are usually planned and are therefore set out in an organisation. Outcomes are usually planned and are therefore set out in an organisation's objectives. Information for donors and funders should highlight outcomes. 

 

Outputs

Outputs are countable units, ans are the direct products of programmes or organisation's activities. They could be children immunised, animal relocated, class taught, training courses delivered or worshops attended. In themselves they are not the objectives of the organisation but some reporting appears to be confusing. Thesse with objectives. The outputs are often quantifiable and lend themselves to table and charts.

 

Restricted funds

Monies held as a result of fundraising activities to support a specific project or cause.

 

Retention

Term used to described the number of donors (usually expressed as a percentage of total donors) who continue to give over a one year, two year or a longer period.

 

Return on investment

Different fundraising activities have variable costs. The return is worked out by taking the amount spent and dividing it by the amount raised and is usually expressed as a ratio, for example, 1:4 or 4 € raised per 1 € spent.

 

Revenue

Term used when fundraising for regular income.

 

Warm donors

Term given to donors or supporters who already give to an organisation. 

 

Vous cherchez une définition qui n'apparaît pas ici, contactez-nous, nous enrichirons ce glossaire aussi grâce à vous.