Fundraisers.fr Fundraisers.fr

Attentats : le don comme pansement de l’âme ?

Philanthropie .

Après chaque attentat, l’humanité répond à la barbarie. Et en général, cela se traduit par un pic de générosité, le don s’imposant décidément comme un moyen d’action sur un monde où règne l’impuissance... Fin mars, l’assassinat (notamment) d’un policier poignardé devant le Palais de Westminster, à Londres, avait engendré une vague de dons spontanés en faveur de la police britannique : en 48 heures, 485 000 euros avaient été versés sur le site de la Metropolitan Police Federation (lire ici). Notons aussi l’initiative de Muslims United for London, qui a reçu 20 000 euros via un crowdfunding.

Après l’attentat lors du concert d’Ariana Grande à Manchester, le 22 mai dernier, plusieurs initiatives spontanées de solidarité ont émergé un peu partout (voir ici). Le soir même, les dons du sang ont afflué et les taxis ont fait gratuitement la navette pour transporter les blessés à l’hôpital. Par ailleurs, des collectes en ligne ont été lancées, là encore avec succès. Ainsi, celle pour ces deux SDF qui ont accouru aider les victimes après l’explosion au concert d’Ariana Grande. Les témoignages de ces deux héros ordinaires ont ému les Anglais qui se sont illico rendus sur le site de GoFundMe, ainsi que sur celui de Justgiving, pour donner respectivement quelque 50 000 livres et 32 000 livres.

Dimanche, le concert « One love Manchester » d’Ariana Grande qui avait invité d’autres stars de la chanson (Take That, Chris Martin ou encore Katy Perry), en hommage aux jeunes victimes du 22 mai, a permis de collecter un demi-million d’euros pour le fonds d’urgence « We Love Manchester » créé par la ville de Manchester en partenariat avec la Croix-Rouge britannique. Retransmis dans 43 pays, le concert a réuni, rien que sur la BBC, 11 millions de téléspectateurs (lire aussi ici). Sans doute l’attentat de la veille, à Londres, a-t-il eu un effet amplificateur…

Le soir de l’attentat du London Bridge, une vague de solidarité a d’ailleurs déferlé sur toute la capitale. Les célèbres « cabs » ont roulé gratuitement toute la nuit tandis que les prix des « Uber » ont flambé. Les algorithmes sont parfois presque aussi inhumains que les terroristes.

Illustration : © Wikipedia

Partagez ce contenu

RETOUR
EN HAUT